Calendrier
« février 2020 »
Calendrier en jours du mois
lunmarmerjeuvensamdim
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
2425262728291
Prochains évènements
< Précédent | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | Suivant >

Médiathèque Départementale du Haut-Rhin

Fermé. Réouverture Lundi à 09:00

03 89 22 90 10

Bibliothèques-Médiathèques de Mulhouse

Ouvrira à 10:00

03 69 77 67 17

Médiathèque du Val d'Argent

Ouvrira à 10:00

03 89 58 35 85

Médiathèque Le Parnasse de Saint-Louis

Ouvrira à 10:00

03 89 69 52 43

Médiathèque de Kaysersberg Vignoble

Ouvrira à 14:00

03 89 47 35 35

Médiathèque de Kembs Au Fil des Mots

Ouvrira à 10:00

03 89 62 89 18

Médiathèque du Pays de Rouffach, Vignobles et Châteaux

Ouvrira à 10:00

03 89 78 53 12

Médiathèque de Fessenheim

Ouvrira à 10:00

03 89 48 61 02

Médiathèque de Biesheim

Ouvrira à 09:00

03 89 72 01 55

Médiathèque de Cernay

Ouvrira à 09:00

03 89 75 40 26

< Précédent | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | Suivant >

slimane azem

 
slimane azem. Source: Wikipedia

Slimane Azem, né le à Agouni Gueghrane dans la Wilaya de Tizi Ouzou, Kabylie (Algérie), et mort le à Moissac en France, est un musicien, chanteur, auteur-compositeur-interprète, poète et fabuliste Kabyle.

Biographie

Slimane Azem est né à Agouni Gueghrane, un petit village situé sur les contreforts des monts du Djurdjura (Kabylie). Rien ne prédestinait ce fils d’un modeste cultivateur à un parcours musical. Écolier plutôt médiocre, il ne se passionne que pour les Fables de la Fontaine qui influenceront tous ses écrits et compositions.[interprétation personnelle] A l’âge de 11 ans, il devient employé agricole chez un colon de Staoueli, petite station balnéaire près d’Alger (sur sa plage avait eu lieu le débarquement français en 1830). En 1937, il débarque à Longwy et trouve un travail de manœuvre dans une aciérie avant d’être mobilisé, lors de la « drôle de guerre », à Issoudun. En 1940, il est réformé et s’en va à Paris où il est embauché comme aide électricien dans le Métro. En 1942, Slimane est à Paris. La capitale le fascine et pourtant le travail est rude. Lui qui est habitué à vivre au village au grand air, le voici confiné dans des tunnels et des souterrains huit heures par jour dans le métro.[interprétation personnelle] On retrouve trace de cette période dans sa première chanson :

Deux ans et demi après, il subit la déportation par les troupes allemandes et reste en Rhénanie jusqu'à sa libération, en 1945, par les Américains. Durant la guerre Sliman Azem, comme toute, sa famille critiquant le nouveau pouvoir algérien. Menacé de mort à l'indépendance de l'Algérie, le chanteur est contraint de s’installer en France en 1962.[réf. nécessaire] Il devient alors une voix légendaire que les Amazighs de Kabylie ne peuvent écouter que sur Radio Paris dans son quart d’heure kabyle quotidien. Azem est, de fait, interdit d’antenne dans son propre pays et ses disques ne circulent que sous le manteau ; on ne lira son nom, en minuscules que dans les brèves, d'un quotidien du bled. En 1970 il obtient, avec la chanteuse Noura, un disque d’or l’imposant comme une des meilleures ventes hexagonales. Il devient sociétaire de la SACEM.

À Paris, il décroche la gérance d'un café dans le 15e arrondissement. Il en profite pour y interpréter ses premières compositions. Remarqué et encouragé par Mohamed el Kamel, ancien de l’ensemble Bachtarzi (du nom de celui qui avait été surnommé le « Caruso d’Alger »), il persévère dans le chant. Slimane enregistre enfin son premier disque avec le morceau A muh a muh. Traitant du mal du pays, ses disques s’arracheront chez Madame Sauviat, l'unique disquaire qui vend à cette époque des albums d'artistes maghrébins et orientaux. Cette femme, d’origine auvergnate, dont les héritiers gardent aujourd'hui la boutique située Boulevard de la Chapelle, le présente à la compagnie Pathé-Marconi.

Au cours des années 70, il fait des duos comiques avec le cheikh Norredine et chante en français Kabylie, mon beau pays et Carte de résidence. Au fil des enregistrements, Slimane Azem conquiert un large public communautaire grâce à ses textes paraboles où il met en scène des animaux et se pose comme un chanteur engagé politiquement. Puis son inspiration décline.

Le répertoire de Slimane Azem est donc - à l'image de la société qu'il traduit - traversé en profondeur par ces bouleversements; sa thématique est, à cet égard, tout à fait significative. Sur les cent soixante-treize chansons recensées (cf. catalogue des œuvres éditées (SACEM)) ou non éditées existantes qui composent ce répertoire, plus de la moitié sont consacrées à ce renversement de valeurs avec des titres très évocateurs :[interprétation personnelle]

  • Ilah ghaleb, Kulci yeqleb : Ô Dieu, tout est inversé
  • Zzman tura yexxerwed : Les temps sont, à présent, troublés
  • Terwi tebberwi : tout est sens dessus-dessous

Dans ces chansons du chaos, zik (autrefois) est fondamentalement opposé à tura (aujourd'hui). Dans cet ouragan qui déferle, rien n'échappe au tourbillon : c'est le règne du « ventre » (aɛbûd) c'est-à-dire des intérêts bassement matériels, de l'argent (idrimen), de l'égoïsme, etc. au détriment de l'honneur (nnif), de la solidarité agnatique (tagmat). Cet éclatement charrie tout son cortège de maux, de misères dont : la paupérisation, l'alcool (A hafid a settâr, Berka yi tissit n ccrab), etc. face à l'alcool, Slimane Azem oscille toujours, au même titre que Si Muḥ U Mḥend, entre la transgression et le repentir. Enfin devant la force de l'avalanche cèdent aussi les rapports entre les sexes, rempart ultime de l'édifice social, et Slimane Azem de décrire, tantôt avec humour, tantôt avec une ironie caustique, ces hommes sur lesquels les femmes arrivent à avoir de l'ascendant (Lalla mergaza d win terna tmettût : dame omelette qui est dominé(e) par sa femme). Car ce sont bien les valeurs de la société traditionnelle que Slimane Azem défend, au besoin en évoquant Dieu à grand renfort; la dimension religieuse - sans être dominante - est incontestablement présente dans son répertoire.[interprétation personnelle]

Cependant, cette description d'un monde quasi apocalyptique - bien que récurrente - n’a pas l'exclusivité dans l'œuvre de Slimane Azem; il était et il reste pour toute une génération d'Amazighs de Kabylie - par-dessus tout - le poète de l'exil : son évocation de la Kabylie, toute empreinte de pudeur, rappelle la douleur d'une plaie demeurée à vif,[interprétation personnelle] en témoignent des chansons comme :

  • D-aghrib d-aberrani : exilé et étranger
  • Ay afrux ifirelles : ô hirondelle, oiseau messager
  • A tamurt-iw aàzizen : ô mon pays bien-aimé (version originale de « Algérie mon beau pays »

Propulsé dans le tourbillon du monde moderne, Slimane Azem ne s'est pas contenté de se réfugier dans le giron incertain des valeurs traditionnelles, son regard s'est ouvert grand sur le monde et nous lui devons de véritables poèmes de… politique internationale dans lesquels le ton volontiers satirique n'altère en rien l'acuité du regard (« Amek ara nili susta ? » Comment pourrions-nous nous trouver bien ?). Par ailleurs « Terwi tebberwi » (tout est sens dessus dessous) est dans la même veine. Il faut préciser que Slimane Azem, puisant dans le vieux patrimoine berbère[interprétation personnelle], a « fait parler » les animaux, arme subtile mais à peine voilée d'une critique politique acerbe :

  • Baba ghayu : le perroquet
  • Tlata yeqjan : les trois chiens

En cela il marque une fidélité indéfectible au caractère traditionnellement contestataire de la poésie kabyle, l'une de ses dernières chansons salue avec éclat et avec un titre très évocateur : (Ɣef Teqbaylit yuli was : Sur le "Kabyle" "ou la kabylité" se lève le jour), l'émergence du" Printemps berbère"revendication culturelle Amazigh lors du printemps 1980. Enfin dans ce répertoire vaste, riche et plein de nuances, se remarque une absence quasi totale de la poésie lyrique, lorsque cet aspect est effleuré, il ne l'est que par touches extrêmement discrètes; il est certain que ce silence résulte d'un choix, peut-être est-ce le tribut que le poète a consenti à payer afin de briser le tabou lié à la chanson, car on rapporte que Slimane Azem avait le souci d'interpeller les siens au moyen de chansons qui pouvaient être écoutées « en famille », c'est-à-dire en tous points conformes aux règles de la bienséance. Il ne renie pas ses racines paysannes et consacre une bonne partie de ses gains dans l’achat d’une ferme à Moissac, où il passe six mois de l’année à cultiver sa nostalgie dans ses plantations de figuiers et d’oliviers. Slimane redoutait la mort dans l’exil. Elle survient un 28 janvier 1983 dans sa ferme. Aujourd’hui encore, la jeune garde artistique Amazigh de kabylie perpétue sa mémoire à travers des reprises de ses chants les plus bouleversants.[interprétation personnelle]

Le chanteur Rabah Asma a repris certains de ses titres. En 1995, Lounès Matoub, véritable monument de la culture kabyle, a repris le titre Effegh A ya jrad tamurt iw, dirigé cette fois contre le pouvoir Algérien, dont Matoub dénonçait les pratiques corrompues, le népotisme, l'absence de libertés et l'ingérence face à la crise terroriste de la Décennie noire.

Depuis 2008, la ville de Moissac a décidé d'honorer l'ancien chanteur Amazigh en donnant une place qui porte son nom.

En décembre 2013, la ville de Paris décide d'honorer Slimane Azem en donnant son nom à une place du 14e arrondissement. La plaque est visible depuis le .

Il était le frère de Ouali Azem, député de 1958 à 1962 sous la Ve République.

Chansons célèbres

  • Dites-moi les amis, chanson rendue célèbre par le film Les collègues (1999) ;
  • A Muh A Muh traite des conditions de vie des immigrés ;
  • Effeɣ ay ajrad tamurt-iw (Criquets, quittez mon pays) dénonce les conditions de la colonisation ;
  • ɣef teqbaylit yuli was (Le Jour se lève sur la langue kabyle) est un hommage au Printemps berbère ;
  • La carte de résidence, chante les difficultés de l'immigration et de la délivrance de ladite carte ;
  • Algérie mon beau pays, chant nostalgique.

Discographie complète

Notes et références

Bibliographie

  • Azem, Slimane., Izlan : recueil de chants Kabyles de Slimane Azem., Numidie-Music, [1984] (ISBN 2-904986-00-6 et 978-2-904986-00-0, OCLC 19557321, lire en ligne)
  • Youssef Nacib, Slimane Azem le poète, Publisud, 2001 (ISBN 2-866-00-915-1) édité erroné (notice BnF no FRBNF38926513).
  • Rachid Mérabet, « Slimane Azem, poète-chanteur de l'exil », Horizons Maghrébins - Le droit à la mémoire, vol. 47, no 1,‎ , p. 57–63 (ISSN 0984-2616, DOI 10.3406/horma.2002.2059, lire en ligne, consulté le 22 décembre 2019)

Liens externes

  • Album de slimane azem
  • Slimane-Azem.com
  • Portail de la musique
  • Portail de l’Algérie
  • Portail de la Kabylie

Licence Creative Commons Ce contenu est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0

Source : Article slimane azem de Wikipédia

Contributeurs : voir la liste

Auteurs associés